5 astuces pour détecter les faux influenceurs

On entend beaucoup parler des « fake influenceurs » sur les réseaux sociaux et plus spécifiquement sur Instagram.

Ces « fake influenceurs » utilisent des robots bots ou achètent des followers auprès de sites qui permettent, moyennant quelques euros, de gonfler son nombre de followers et de likes.

Les faux influenceurs dégradent les ROI des campagnes d’influence (comment lancer des campagnes d’influence au service de votre stratégie de développement ?). Des grandes marques s’y sont d’ailleurs laissé prendre. Par exemple, la chaîne hôtelière Ritz-Carlton aurait fait appel, pour ses campagnes sur Instagram, à des influenceurs dont 78 % des followers sont suspectés d’être des bots, d’après un rapport de Points North Group, datant de mars 2018.

Ils entachent la réputation des réseaux sociaux, même si le rôle joué par ces mêmes réseaux n’est pas totalement limpide.

D’un côté, Instagram dit vouloir lutter contre ces faux influenceurs mais de l’autre, met beaucoup de temps à supprimer ces profils, qui permettent de gonfler ses statistiques d’utilisation. Je vous invite à voir la vidéo de l’influenceur Guillaume Ruchon à ce sujet.

Et les faux influenceurs nuisent aussi à l’image des vrais, qui développent honnêtement leurs communautés.

Nous allons voir comment identifier ces faux influenceurs pour éviter de collaborer avec eux.

 

Astuce #1 : vérifier le ratio abonnés/abonnements

Pour un compte avec plusieurs milliers d’abonnés, le nombre d’abonnements ne doit pas dépasser les quelques centaines tout au plus.

Si vous avez affaire à un compte avec autant d’abonnés que d’abonnements ou un taux très élevé d’abonnements, cela suggère l’utilisation d’un bot avec un système de « follow unfollow » en masse.

Il s’agit d’un système d’abonnement en masse à des comptes pour que ceux-ci s’abonnent en retour, suivi par un désabonnement en masse de ces mêmes comptes.

 

Astuce #2 : évaluer le taux d’engagement des dernières publications

Le taux d’engagement d’un post est la somme de toutes ses interactions (likes, commentaires et partages) divisée par le nombre d’abonnés d’un compte. Sur Instagram, il doit être au moins égal à 3%.

3% est considéré comme un taux correct et 5% comme bon. Généralement, les micro-influenceurs affichent des taux d’engagement dépassant ces valeurs.

 

Astuce #3 : scruter les commentaires des posts

Le nombre de commentaires doit être élevé et de qualité : c’est-à-dire à peu près correctement rédigés et en lien avec le post.

Et les commentaires ne doivent pas être uniquement postés par d’autres influenceurs. Et oui, les influenceurs commentent mutuellement leurs posts pour booster leur engagement.

 

Astuce #4 : suivre l’évolution du nombre d’abonnés et d’abonnements

En utilisant SocialBlade, vous pouvez suivre l’évolution du nombre d’abonnées et d’abonnements d’un compte YouTube, Instagram, Twitter, Dailymotion ou Twitch.

Une augmentation ou diminution de plusieurs milliers d’abonnés ou d’abonnements sur 24h traduit généralement l’utilisation d’un bot.

 

Astuce #5 : examiner les statistiques de géolocalisation

Les 4 premières astuces vous permettent d’identifier les éventuels « fake influenceurs ».

Mais si vous voulez aller plus loin et avoir une idée de la qualité du compte d’un influenceur, il faut regarder l’origine des followers.

Pour un influenceur français qui s’exprime en français, si le pourcentage de ses followers en provenance d’Inde, du Brésil ou de Russie est important, c’est très suspicieux.

Pour faire cette vérification, vous pouvez utiliser HypeAuditor, qui est un outil payant permettant de traquer les faux influenceurs sur Instagram. Il est aussi possible de demander les statistiques de géolocalisation à l’influenceur.

Maintenant, vous êtes paré(e) pour déjouer le piège des faux influenceurs et éviter de collaborer avec eux !

 

Pour être notifié(e) des nouveaux articles, abonnez-vous à la newsletter.

Vous recevrez des conseils exclusifs pour développer votre activité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *