Expérience de crowdfunding : conseils pratiques pour réussir votre campagne

Win Xchange-reussir-campagne-crowdfunding

Marianne PAOLI, fondatrice de PHILIBERT, marque de mobilier élégant pour chiens exigeants, nous fait un retour sur sa campagne de crowdfunding, qu’elle a réalisée sur Ulule au printemps dernier.

Elle nous explique notamment les apports de cette campagne pour son projet, comment elle l’a préparée, ce qui a bien fonctionné et ce qui a eu peu d’impact dans son cas.

 

Marianne, peux-tu nous en dire plus sur toi, sur ton parcours et sur PHILIBERT ?

Je suis passionnée depuis toujours par les animaux. J’ai aussi eu très tôt le goût d’entreprendre ; c’est la raison pour laquelle, dès mes études, je me suis spécialisée en entrepreneuriat.

PHILIBERT est ensuite né de ma rencontre avec Banjo, mon chien, et du constat qu’il n’existait pas de mobilier et d’accessoires qui répondent aux besoins de mon chien, tout en s’adaptant à la décoration de mon intérieur.

L’éco-conception et la fabrication française sont également des piliers de Philibert ; il n’était pas concevable pour moi de mener ce projet sans prendre en compte les enjeux sociaux et environnementaux de mon activité.

La première collection, composée de trois modèles de couchages pour chiens, a été lancée cette année par le biais d’une campagne de crowdfunding ; elle sera ensuite complétée par une gamme complète d’accessoires pour chiens, fidèle à l’ADN de la marque : des accessoires élégants et fonctionnels, fabriqués localement et respectueux de l’environnement.

 

Ta campagne de crowdfunding sur Ulule s’est achevée mi-avril. Comment s’est-elle déroulée ? Et comment l’as-tu vécue ?

J’ai effectivement lancé la première collection PHILIBERT par le biais d’une campagne de crowdfunding sur Ulule. La campagne s’est bien déroulée : j’ai dépassé mon objectif de financement initial, mais surtout cette campagne a été l’occasion de créer un temps fort autour du lancement de la marque.

Un point très positif de cette campagne a été qu’elle m’a permis de récolter de nombreux retours sur mon projet et de créer et fédérer une communauté de personnes engagées autour du projet.

En revanche, il faut avoir en tête que c’est une période intense qui nécessite plusieurs mois de préparation en amont ; il ne suffit pas de mettre en ligne son projet sur la plateforme pour que cela fonctionne.

 

Comment l’as-tu préparée ?

J’ai articulé la préparation de ma campagne autour de trois points principaux :

Définir la stratégie de communication : Quelle stratégie de communication mettre en place ? Quels messages mettre en avant, quels  moyens mettre en œuvre, quel budget allouer à la campagne ? Pour moi, cette réflexion était très importante car j’avais du mal à hiérarchiser l’information que je souhaiter véhiculer.

Préparer l’ensemble des supports de communication, sans oublier de prendre en compte les différents délais : impression des supports print, montage du film de présentation, livraisons diverses…

Identifier les personnes qui vont pouvoir relayer et/ou soutenir la campagne : c’est un facteur clé de réussite d’une campagne de crowdfunding ! Il faut savoir précisément qui solliciter, à quel moyen et de quelle manière lors du lancement de la campagne. J’ai donc réalisé en amont un fichier récapitulatif des personnes que je pourrais solliciter le moment venu. J’ai distingué plusieurs cercles :

– Mon réseau personnel (amis, famille) 

– Mon réseau professionnel (anciens collègues, entrepreneurs, partenaires)

J’ai réalisé plusieurs mailings que j’ai envoyés à partir d’un mois avant le début de la campagne, plus ou moins formels et détaillés en fonction de ma proximité avec les différentes personnes.

– Les influenceurs : influenceurs qui suivaient déjà Philibert sur les réseaux sociaux et/ou situés à proximité d’un des événements organisés à l’occasion de la campagne.

Je les ai contactés au cours de la campagne pour les inviter aux différents événements.

– Les médias : plusieurs mois avant le lancement de la campagne, j’ai suivi les campagnes similaires et les marques concurrentes ou complémentaires pour identifier les médias qui avaient relayé leur actualité et seraient donc susceptibles de relayer le lancement de Philibert.

Je les ai contactés par mail, mais sans succès. Seul l’envoi d’un communiqué par une agence de Relations Presse a abouti à des publications.

 

Quelles actions as-tu mis en place pendant les 40 jours de campagne ? Qu’est-ce qui a bien fonctionné ? Et qu’est-ce qu’il a fallu revoir ?

Pendant la campagne, j’ai combiné des actions de communication digitale et de présence « sur le terrain » ; il m’a semblé très intéressant de combiner les deux car elles apportent des retours différents. Voici les principales actions mises en œuvre :

Organisation d’événements (soirée de lancement, démonstrations en boutique) : c’est un axe intéressant et à ne pas négliger en termes d’image de marque, de communication et pour recueillir des retours concrets d’utilisateurs potentiels.

Publicité réseaux sociaux : j’ai réalisé plusieurs publicités sur Facebook et Instagram pendant la campagne. J’ai obtenu de bons résultats pour un budget investi raisonnable, mais cela nécessite de faire plusieurs tests en amont pour savoir ce qui fonctionne ou pas en fonction de notre cible.

Distribution de flyers : c’est l’action menée qui a eu le moins d’impact et qui n’est sans doute pas adaptée à mon produit et ma cible de clientèle. Je ne la renouvellerai pas.

Relations presse : pas d’impact perceptible au niveau des ventes néanmoins cela reste intéressant dans une logique de développement long terme.

 

Si tu devais donner 3 conseils à des entrepreneur(e)s qui veulent lancer leur campagne de crowdfunding. Quels seraient-ils ?

Si je devais donner 3 conseils à des entrepreneurs qui envisagent de réaliser une campagne de crowdfunding, ce serait :

Bien réfléchir à ses objectifs en amont : une campagne de crowdfunding est avant tout une campagne de communication et cela n’est pas adapté à tout type de projet. Est-ce donc la solution la plus adaptée à leur projet ?

Informer et impliquer son entourage en amont de la campagne : les proches sont généralement les premiers soutiens d’une campagne de crowdfunding ; ils ne doivent donc pas découvrir le projet le jour du lancement.

Réaliser des supports de communication professionnels et de qualité : il en va de la crédibilité du projet !

Et en bonus :

Soigner sa communication « post-campagne » : une fois la campagne terminée, penser à tenir sa communauté informée, et en particulier ceux qui ont soutenu la campagne, des avancées pour les garder impliqués dans le projet, ce sont les meilleurs ambassadeurs de la marque.

 

Pour en savoir plus sur PHILIBERT : https://www.philibert-lechien.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *